Les patients et les familles

Les équipes soignantes interprofessionnelles des unités de soins intensifs sont très attentives à informer rapidement les patients et leurs proches des mesures de traitement et veillent à les impliquer de manière adéquate dans le processus de décision.

Les proches sont toujours bienvenus dans l’unité de soins intensifs. La première fois qu’ils entrent dans une unité de soins intensifs, ils pénètrent généralement dans un univers inconnu et ne savent pas ce qui les attend. Être bien informé est essentiel et aide les proches à surmonter le sentiment d’impuissance face à cette situation de crise. L’équipe de l’unité de soins intensifs accompagne les proches, prend le temps de répondre à leurs questions et leurs inquiétudes particulières et leur fournit des renseignements détaillés, clairs et en toute transparence.

Compétence en matière de santé

Il est également important de s’informer sur les possibilités qu’offre la médecine intensive et d’améliorer ainsi ses propres connaissances en matière de santé. Une personne ayant des connaissances en matière de santé pourra s’orienter dans le système de santé, évaluer les informations qui lui sont transmises, prendre des décisions de manière autonome et rédiger des directives anticipées. La compétence en matière de santé permet également d’évacuer des peurs avant un traitement de soins intensifs.

Directives anticipées du patient

Les directives anticipées du patient lui permettent de participer tout de même indirectement aux décisions au cas où il ne serait plus en mesure de décider. Le patient y mentionne les mesures de maintien artificiel de la vie qu’il souhaite voir mises en œuvre et celles qu’il ne souhaite pas. Cela facilite la prise de décision des proches et de l’équipe soignante de l’unité de soins intensifs et permet le meilleur traitement possible conformément à la volonté personnelle du patient.

Les enfants en unité de soins intensifs

En Suisse, il existe 16 unités de soins intensifs reconnues, spécialisées dans la prise en charge des enfants dans un état critique. Des prématurés aux adolescents, tous les jeunes patients nécessitant temporairement des soins de médecine intensive et une surveillance permanente sont traités dans ces services. Près de six pour cent de l’ensemble des patients traités en unité de soins intensifs en Suisse sont des enfants.

Un enfant malade se trouvant dans un «état critique» doit rapidement être identifié par l’entourage et par le personnel médical. C’est en effet la seule façon de mettre en place le traitement adéquat à temps voire, dans l’idéal, même de manière préventive. Le défi majeur réside dans la bonne évaluation du développement physique et mental en fonction de l’âge de l’enfant. Cette évaluation est capitale pour pouvoir mettre en œuvre les mesures thérapeutiques adéquates adaptées à l’âge de l’enfant. Ainsi par exemple, un enfant de deux ans et un adolescent de 16 ans auront besoin de posologies de médicaments totalement différentes.

Vous trouverez ici de plus amples informations sur les unités de soins intensifs.

Ce site Web utilise des cookies - vous pouvez trouver plus d'informations à ce sujet et vos droits en tant qu'utilisateur dans notre politique de confidentialité.

Protection des données Mentions légales